Histoires de... Métiers Reconversion

[Reconversion] Vincent, de la marine au coaching : se mettre au service des autres

Entre les deux métiers qui ont marqué sa carrière, Vincent a fait le grand écart, avec d’un côté la marine, de l’autre le coaching. Pour relier les deux, un même fil conducteur : l’envie d’être utile.

Un métier tourné vers la rencontre

J’accompagne des personnes à aller vers un objectif, souvent pas très bien défini au départ. J’aide ceux qui sont en reconversion, mais aussi des jeunes, pour leur permettre d’identifier une orientation parce qu’ils trouvent ça difficile. Mon job c’est de motiver et de décomplexifier les choses pour que ça puisse apparaître facilement accessible.

Ce qui m’intéresse ce sont les Hommes, les gens. Je me suis lancé dans le coaching parce que j’y ai trouvé des outils efficaces pour aider et résoudre les problèmes des gens.

Ce que je préfère dans ce métier, c’est la rencontre avec les autres, exceptionnelle.

Quand vous trouvez le truc qui remet la personne en marche, qui déclenche son envie, quand vous voyez ses yeux qui pétillent, ce sont des moments assez géniaux.
J’en ai encore qui m’écrivent, qui m’appellent, même dans la marine, donc je me dis que quelque part c’est bien par là qu’il fallait aller.

De l’armée au coaching, une ambition : être utile aux autres

J’ai commencé jeune sans diplôme, c’était ou la “prison” ou les armées ! Je plaisante, mais c’est à peu près ça. Avec un seul fil conducteur qui était le Petit Prince de Saint Exupéry.

Je me suis lancé donc dans l’aventure aéronautique que je ne connaissais pas. A ce titre, j’ai réalisé des choses un peu particulières et exceptionnelles. L’armée, c’est une vie d’aventures humaines et de hautes technologies très riche.  J’ai beaucoup voyagé, j’en garde un excellent souvenir. Se lever à minuit pour faire 1000 nautiques et aller sauver quelqu’un au milieu de la Belle Bleue, ça prend les tripes. Du coup je me suis forgé une personnalité et une identité à travers ça.
Ensuite, il a fallu que je me tourne vers autre chose et quand je me suis demandé ce que j’aimais faire, je revenais toujours à la même chose : être utile aux gens.

J’avais en gros deux choix : partir dans les RH et le management ou dans tout ce qui était autour de la psychologie mais je ne me voyais pas faire ce métier.

Du coup, c’est en approfondissant mon chemin vers le management et les RH et en découvrant qu’il y avait plein d’outils disponibles comme la PNL, l’analyse transactionnelle, la systémique, que j’ai choisi de me spécialiser là-dedans et de m’arrêter au coaching de particulier et à l’humain en tant que tel. Je me suis dit que ce n’était pas mon truc que de retourner dans le monde de l’entreprise, de la performance, du chiffre, alors, j’ai décidé d’aller vers ce qui me plaisait.

En 2011, je suis devenu coach après une formation en PNL et en analyse transactionnelle. J’ai commencé en parallèle de mon métier dans la marine et puis je l’ai quitté pour monter ma société Activalue coaching*.  Au début, j’étais parti pour faire ça dans le monde de l’entreprise et finalement ce qui m’intéresse le plus c’est de travailler avec des particuliers parce que c’est ce qui est le plus riche, varié, que ce soit de l’orientation de jeunes, de la reconversion, du départ à la retraite.

Gérer la transition entre deux milieux très différents

Il y a eu des périodes d’ajustements, de remises en question : est ce que j’ai fait le bon choix ? Est ce que j’en suis capable ?

De plus, en quittant le milieu de l’armée où on est bien entourés, avec plein d’amis, plein de relations, on se retrouve d’un coup seul dans ce qu’on fait. Il a fallu s’ouvrir. Or, plus on partage de choses, plus on trouve des ressources et des personnes capables de nous aider. Il faut se recréer un cercle et un réseau, oser reconnaître ses faiblesses et demander de l’aide. On fait alors des pas immenses !

Apprendre à travailler par soi même

Il m’a fallu apprendre à travailler par moi-même parce qu’être coach c’est bien souvent travailler seul. Or, il n’y a pas que le coeur du métier, il y a plein d’autres sujets autour qu’il faut savoir maîtriser, comme par exemple ce qu’est une démarche commerciale. Ce n’est pas toujours simple. Heureusement, on ne repart jamais de zéro. Il y a tout un tas d’acquis dont on n’a pas forcément conscience. Il faut reconnaitre qu’ils existent, et les réadapter au nouveau cadre. Il faut accepter d’expérimenter, de rater parfois aussi, de tester et ainsi de prendre petit à petit confiance en vous. Il faut oser, s’adapter tout en gardant sa personnalité, et aller à la rencontre des autres.

Être entouré est indispensable pour échanger, entretenir une pratique professionnelle, se remettre en question et avancer aussi. Il faut se construire un réseau professionnel. Ça, ça a été une difficulté: devoir reconstruire le réseau.
Je travaille aussi avec le réseau Cap Cohérence**. C’est une rencontre avec Charly Jucquin, qui est un garçon brillant, qui a monté cette plateforme dédiée à la reconversion, à l’épanouissement au travail et à l’entrepreneuriat. On s’est encouragé mutuellement au départ pour construire aujourd’hui un partenariat solide.  C’est aussi en rencontrant d’autres coachs que j’ai vu comment ils travaillaient, comment ils faisaient, chacun avec sa méthode, ses outils. Il faut faire tout ce qu’on ne nous a pas appris à l’école : regarder la copie du voisin, apprendre à tricher, et prendre ce qui vous convient.

Être encadré dans une pépinière d’entreprises est parfois utile. Aller chercher la compétence là où elle est est indispensable. Pour ma part, je me suis fait aider par les CCI, par les réseaux, par des jeunes qui m’ont expliqué comment certaines choses marchent (faire un site web…).

Faire un monde à sa mesure

Oser ! Faites un choix, n’importe lequel, faites le premier pas. Essayer ne coûte rien ou pas grand chose. On ne mesure pas toutes les conséquences d’un choix donc on ne peut pas soupçonner toutes les bonnes surprises qu’on va trouver. Si la satisfaction n’est pas au rendez-vous, on se réoriente en faisant un nouveau choix !
Tout le monde à sa place. Le but ce n’est pas de changer le monde mais de changer son monde, de faire un monde à sa mesure. Moi, j’ai mis du temps à m’en rendre compte.
Et il faut se changer soi et son regard sur le monde pour que quelque chose change. L’aventure commence en nous.


En savoir plus :

Vincent est un Bloomeur ! Lire son portrait sur Bloomr

* Le site de Vincent Gaillard : Activalue Coaching
** Cap Cohérence: https://www.cap-coherence.fr
Twitter : @activaluecoach
Linkedin : Vincent Gaillard
Facebook : ActivalueCoaching


letterfly
Inscris-toi à notre Bloominews

Des perles, des conseils, de l’inspiration et une bouffée d’optimisme…la Newsletter Bloomr, directement dans ta boite mail.

bouton

0 comments on “[Reconversion] Vincent, de la marine au coaching : se mettre au service des autres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s