Inspiration Le dossier Artisanat Les Dossiers Bloomr Points de Vue

L’artisanat : un retour aux valeurs sources – Magali, fondatrice du blog Les Mains Baladeuses

Il fut un temps où l’artisanat était une affaire de famille. Ce temps est révolu. Les artisans d’aujourd’hui sont autant descendants de lignée familiale que directeur marketing devenu mécanicien moto, docteure en physique devenue origamiste, ou encore banquier devenu fromager… Ce sont ces profils d’artisans indépendants que Magali nous fait découvrir à travers le blog “Les Mains Baladeuses” et l’été dernier son tour de France Les Mains Baladeuses on the Road. Un oeil pétillant, et une analyse fine, elle livre ses retours d’expérience à Bloomr !

Le reflet d’un nouveau mode de vie

Plus qu’une tendance,  ce retour au fait-main est le signal faible d’un changement des mentalités.  Le constat est le suivant :  les artisans indépendants d’aujourd’hui sont souvent d’anciens “cols blancs”. Les métiers de l’artisanat attirent désormais, eux qui ont longtemps été délaissés, souvent perçus comme une voie de garage pour ceux qui n’ont pas une tête « bien faite ».

« Les personnes que je rencontre ont décidé de changer de voie professionnelle après avoir fait le constat d’un certain mal-être. Ils ont senti que leur épanouissement était ailleurs et ils se sont écoutés. Ils sont nombreux à avoir poursuivi de longues études pour avoir « un bon travail » et « un bon salaire».

Une fois sur le marché du travail, la désillusion prend le pas sur les promesses. Soit les offres d’emploi ne sont pas au rendez-vous, soit la vie en entreprise laisse place aux déconvenues. Entre les symptômes de burn-out , bore-out , et l’exercice de bullshit jobs sur fond de crise économique, une nouvelle génération revisite les règles du jeu. »

Ces artisans reconvertis ont tourné le dos à des statuts valorisants, des salaires confortables, une sécurité rassurantePlusieurs aspirations ont motivé leur choix parmi lesquelles la recherche d’autonomie dans son travail, la quête de sens et le besoin d’exercer une activité concrète qui permette la maîtrise d’un projet de A à Z. Dans des entités économiques classiques, nous sommes souvent un maillon dans la chaîne de production dont nous recevons les consignes par un n+1 dont le sens n’est pas toujours perceptible.

« J’entends souvent dire « aujourd’hui, je suis le seul maître à bord et je mène mon bateau comme je l’entends ». Le sentiment de liberté prime sur les sacrifices qu’une telle reconversion exige. Comme tout entrepreneur, les artisans que j’ai eu l’occasion de rencontrer ne comptent pas leurs heures de travail et ils ont renoncé, en tout cas pour les premières années d’activité, à un salaire confortable. »

Le curseur est en train de bouger ; un statut social enviable et un compte en banque confortable ne sont plus synonymes de « réussite sociale ». La qualité de leur quotidien professionnel, le sens qu’ils donnent à leur travail et cette forme d’indépendance valent mieux. Leur point commun après avoir sauté le pas de la reconversion ? Ils se disent tous plus heureux.

Le retour à l’artisanat est aussi le symbole du retour à certaines valeurs comme la volonté du travail bien fait, la proximité – car ils sont en lien direct avec leurs clients – le temps long, la durabilité des produits.

« Toutes ces valeurs sont en adéquation avec l’évolution de notre manière de consommer où nous cherchons à consommer plus local, éthique, durable en même temps que d’acquérir des objets qui ont une histoire. »

Magali aborde rarement la question financière avec les artisans qu’elle interviewe :

Je sais seulement que pour certains, le sacrifice financier est grand et qu’ils tentent de gagner le smic. Certains profitent quand c’est possible d’une sécurité financière apportée par un compagnon/compagne. Les départs négociés qui permettent parfois de voir venir pendant 2 ou 3 ans en réduisant la voilure. En revanche, certaines activités comme la poissonnerie, la plomberie, l’électricité ne connaissent pas la crise. “

Des métiers ancrés dans la modernité

Les métiers de l’artisanat sont issus de savoir-faire traditionnels parfois millénaires. Par conséquent, les métiers de la main ont longtemps été perçus comme étant « poussiéreux ». Et pourtant, les artisans aujourd’hui sont résolument ancrés dans la modernité. Certaines activités par exemple demandent de maîtriser des outils informatiques, notamment pour modéliser des objets avant de travailler concrètement la matière. Ils doivent également suivre la tendance pour adapter le design de leurs objets à leur époque, souvent même, ils doivent la devancer. L’apparition de nouvelles technologies comme l’impression 3D par exemple, offrent également un nouveau terrain de jeux.

“J’ai rencontré beaucoup d’artisans qui se sont formés grâce à Internet car pour certains métiers, il n’existe pas de filière d’apprentissage”

Pour pallier cela, certains se forment en suivant des tutoriaux sur le web et applique directement les savoirs acquis en mode « test and learn »  une méthode dont le but avoué est d’échouer rapidement et souvent pour pouvoir ajuster ses méthodes le plus rapidement.

Un artisan, c’est aussi un entrepreneur. 

Au travail manuel s’ajoute la gestion de l’entreprise, l’administratif, les commandes, la relation clientèle, la communication… Les artisans aujourd’hui ont à la fois le savoir-faire et le faire-savoir. Ils maîtrisent les règles de la communication 2.0 en accordant une grande attention à être présent sur internet, ce qui leur permet d’avoir une visibilité internationale et d’exporter leurs produits au quatre coins du monde. Un e-shop ou la présence sur une plateforme de vente en ligne d’articles faits main comme Etsy, A Little Market et plus récemment Amazon Handmade décuple les possibilités de ventes et peut permettre, au démarrage d’une activité, de tester la validité d’un produit.

Merci Magali !

Magali - Les Mains baladeuses

Articuler authenticité et modernité, voilà le défi que l’artisan d’aujourd’hui tente de relever. Et pour faire résonner, retrouvez les portraits de Magali sur www.lesmainsbaladeuses.com

 

Je suis déterminée à relever le challenge d'inspirer les jeunes étudiants ! Mon truc, c’est créer de la magie : que ça soit à travers la photo de rue ou l’organisation d’événements insolites pour l’éducation. Ma mission ? Enrichir l'expérience Bloomr et rendre contagieux notre enthousiasme !

0 comments on “L’artisanat : un retour aux valeurs sources – Magali, fondatrice du blog Les Mains Baladeuses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s