Inspiration Les Dossiers Bloomr Points de Vue

Se former à l’artisanat, une étape clé

Amandine est responsable du développement dans une école de joaillerie Parisienne.
Son métier la place au carrefour entre formation et emploi : elle côtoie aussi bien les artisans aguerris que les artisans en herbe. Pour Bloomr, elle remet en perspective la nécessité de la formation .

Tradition et modernité : un alliage subtil


La nécessité de faire face à l’industrialisation représente-t-elle une menace pour les métiers manuels de la haute joaillerie ?

Dans l’ensemble, la joaillerie est plutôt un secteur dynamique. Cependant, l’artisanat tend à disparaître, que l’on soit indépendant ou salarié. L’artisanat subsiste pour faire rêver et entretenir un mythe mais la réalité, c’est l’industrialisation.

Les nouvelles technologies représentent un terrain de jeu à défricher. Être artisan c’est également être innovant… encore une fois la “modernité” met l’artisanat au défi de s’adapter.

Le métier évolue en permanence avec l’arrivée de ces nouvelles technologies (CAO, prototypage rapide, usinage nouvelles techniques de finition etc…). C’est une réalité et l’école en tient compte, bien évidemment puisque, d’une part, sa mission première est de favoriser l’insertion professionnelle, et d’autre part, elle se veut être l’école du métier (et non un conservatoire).

Au-delà des nouvelles technologies, la véritable mutation se situe plutôt dans l’organisation du travail avec l’apparition de nouveaux métiers (méthodes, achats…) qui tendent à gommer la spécificité de ce qui fait l’artisanat ( comme le rapport au temps, l’importance de la matière, l’unicité de ce qui est produit même dans le cas de série…).

On voit émerger des artisans autodidactes qui se sont formés en ligne, voire même avec les tutoriels YouTube. Quelle est alors la pertinence d’une école d’artisanat dans ce contexte ?

C’est toute la magie du rapport à la matière.

On peut recevoir toutes les instructions sur le fait de scier droit et comprendre intellectuellement ce qu’il faut faire. Malgré tout, réussir le geste implique d’être capable de sentir la lame, éprouver son avancée dans le métal, arriver à avoir un geste fluide, sans à coup, entendre le « bon » son de la lame qui entre et sort de la plaque… Tous ces gestes se ressentent et se font notamment au travers de l’accompagnement du professeur, qui comprend, en observant l’élève, ce qui va et ce qui est à corriger. C’est irremplaçable.

Par ailleurs, si on considère qu’une école a pour vocation de préparer des élèves à une pratique pour répondre aux besoins d’un métier et qu’au-delà, l’enjeu est celui de l’insertion professionnelle, il me semble qu’il n’y a pas de concurrence réelle entre les deux dispositifs. Le tutoriel donne une réponse mais elle me semble limitée par rapport au processus plus global de préparation à un métier, qui est le propre d’une école et qui implique de se questionner en permanence sur la pertinence de ses enseignements (quel contenu pour répondre à quel besoin ? ). Enfin, ce ne sont pas des tutoriels qui permettent de mettre en contact des professionnels et des élèves au travers de l’animation de cours ou de stages.

Les formations aux métiers de la joaillerie : décryptage


joaillerie1

Quelles sont alors les différentes filières des métiers de la joaillerie ?  

 

  • Filière fabrication : L’objectif est d’être compétitif, la maîtrise des temps de réalisation est clé. En ce qui concerne les bijoux fabriquées en série, on est dans de l’industrialisation au niveau des savoirs-faire (ce qui ne vaut pas pour les pièces uniques exceptionnelles) .
  • Filière création :se lancer comme indépendant dans la création est très ambitieux, surtout en début de carrière, bien que l’industrie du luxe (notamment le secteur de la joaillerie) soit prospère. Par ailleurs, en joaillerie, en tant qu’indépendant, il est difficile de rendre visibles des formes ou des univers autres que ce qui existe place Vendôme (contrairement à ce que l’on peut voir dans d’autres pays européens). La fantaisie est peut-être à privilégier pour avoir un terrain d’expression plus large.

Les quelques artisans qui subsistent et à qui on laissera le temps de travailler suivant les règles de l’art sont :

  • Soit ceux qui sont sur des micro niches (ex : les lapidaires, spécialisés dans les travaux d’ajustage ou entretien de la haute joailleri)
  • Soit les meilleures mains qui vont travailler sur des projets exceptionnel, par exemple ceux qui font des pièces uniques, tout fait main, avec des matières prestigieuses) où l’enjeu, c’est l’image et non la rentabilité (comme l’automate Fée Ondine de Van Cleef & Arpels présentée au Salon International de la Haute Joaillerie )

Un artisan indépendant c’est également un entrepreneur. Pour travailler dans les entreprises, il est aussi bien d’avoir des bases « business » : est-ce quelque chose qui entre en compte dans la formation aujourd’hui ?

Encore une fois, on peut distinguer les deux filières :

  • Filière fabrication : l’objectif de la formation est de faire en sorte que la personne devienne soit salariée d’un atelier, soit se mette à son compte mais dans une logique de Business to Business. Rares sont ceux qui vont faire du Business to Consumer (vendre directement aux consommateurs finaux).
  • Filière création : l’un des débouchés est de se lancer comme free-lance comme designer ou créateur. Il y a effectivement des cours de gestion prévus à cet effet.

Merci Amandine !

L’interview d’Amandine vous a plu ? Retrouvez des informations pratiques & formations pour aller plus loin sur les métiers de la haute joaillerie , dans notre rubrique “boite à outils” !

 

Je suis déterminée à relever le challenge d'inspirer les jeunes étudiants ! Mon truc, c’est créer de la magie : que ça soit à travers la photo de rue ou l’organisation d’événements insolites pour l’éducation. Ma mission ? Enrichir l'expérience Bloomr et rendre contagieux notre enthousiasme !

0 comments on “Se former à l’artisanat, une étape clé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s